➳ SEPTUNA livre 2

Date de parution : 7 juillet 2020
Genre : contemporain, romance, science-fiction
Nombre de pages : 277
Prix : 15,72 TTC

Quatrième de couverture:

Les aventures continuent !

Alors qu’Elerinna a sauté dans un vaisseau pour rejoindre la planète Terre, sa vie loin de Septuna lui manque rapidement. Elle va tout faire pour s’y accommoder mais une chose la hante : Issaam.
Ce dernier en route pour la retrouver, n’est pas au bout de ses peines : un tas d’embûches vont entraver son chemin.
Alors qu’ils vont se retrouver tous les deux sur Terre, une bataille est sur le point d’éclater sur Septuna et une seule question demeure : que va-t-il advenir de la paix instaurée sur Septuna ?
Les deux guerriers vont alors être confrontés à des révélations qui vont faire rage mais surtout, qui vont remettre en cause tous les fondements de leur éducation…
Laissez-vous happer par une fin surprenante…

Extrait du roman

Je cours, plus vite, le cœur battant à tout rompre, prêt à sortir de ma poitrine pour s’éclater sur le macadam. Je n’ai jamais ressenti un tel effroi, je n’ai jamais assisté à autant de rage, autant de terreur, autant de ravage. Ma vie a perdu tout son sens quand cela a commencé. La réadaptation fut compliquée mais le chaos qui règne, l’anarchie qui nous submerge en cet instant présent est bien au-delà de tout dans ce monde. C’est une tragédie. Une apocalypse sans pareil qui n’a pour seul but de faire dominer la peur. Ça fonctionne. Je suis terrifiée. Mes jambes menacent de me lâcher, mes muscles chauffent sous la douleur, mon cœur bat partout dans mon corps, je l’entends résonner dans ma tête. Je suis obligée de solliciter toutes mes forces pour me déplacer si rapidement sans me faire voire. La panique est telle que je serais capable de perdre toute notion, toute raison et faire les choses n’importe comment. Je vois les cadavres gésir au sol, je vois le sang se répandre, j’entends les cris affolés, la foule en délire total, les assaillants faisant pleuvoir les balles. Je me demande une seconde si c’est un cauchemar, si je vais me réveiller en sueur comme je le fais souvent depuis que j’ai atterris ici. Sauf qu’en me pinçant je comprends que non, ce n’est pas le cas. Je suis simplement en train de vivre les pires secondes de mon existence. Je suis en train d’assister à un carnage montre, à une scène d’horreur qui ne quittera malheureusement jamais mon esprit.

༄༄༄

Voici le deuxième et dernier tome de la série SEPTUNA. Je ferai peut-être un ou plusieurs hors-série mais ce n’est pas sûr du tout.
Sachez que mes romans sont publiés en auto-éditions sur Amazon et qu’il y a possibilité d’avoir des exemplaires dédicacés en me contactant sur instagram : https://www.instagram.com/zaswriting/

➳ SEPTUNA livre 1

Date de parution :  décembre 2018
Genre : contemporain, romance, science-fiction
Nombre de pages : 333
Prix : 15,72 TTC

Quatrième de couverture : Loin de Terre existe une planète où les individus subissent une implantation de puce à leur naissance qui permet de les contrôler. On les appelle alors par leur Numéro de puce.
Ainsi, les Numéro 24312 et 24313 aussi connus sous les noms de Issaam et Elerinna, vont alors être révoltés quant à cette abomination tyrannique.
Sans se connaitre, les deux jeunes vont avoir un but commun : s’évader de cette planète Septuna gouvernée par le dangereux Rulius Cicerius. Cependant un obstacle va venir entraver leur chemin. En effet, ayant emprisonné Issaam, Elerinna va tout faire pour le libérer d’un crime qu’il n’a pas commit.
Ainsi, ils vont se lier d’amitié et se rendre compte d’une évidence : quitter Septuna est un signe de lâcheté. Aussi ils vont s’engager au sein de leur planète et lutter contre le gouvernement pour rendre leur planète meilleure.

Que leur réserve donc le futur ?

Vont-ils réussir à atteindre leurs nouveaux buts sans que leurs puces ne les éteigne avant ? Auront-ils les capacités pour prendre le dessus sur le gouvernement ?

La course contre la montre a déjà commencé pour les deux individus.

Extrait du roman

Ils nous appellent les « humains du futur », je nous considère plus comme des machines programmées pour satisfaire leurs besoins. Pour eux, nous représentons le futur, pour eux, lorsque nous atteindrons les autres planètes, en particulier la plus populaire à nos yeux, la plus semblable à la nôtre : Terre. Eh bien, nous incarnerons le pouvoir. Évidemment, je suis sûrement la seule de mon environnement à ne pas y croire. Ici, sur Septuna, tout le monde est programmé. Ce n’est pas compliqué, il leur suffit de nous introduire une puce à notre naissance qui leur permet de faire de nous des cyborgs. Toutefois nous sommes toujours aptes à réfléchir comme nous le voulons et agir à notre guise. Le problème est que cette puce leur envoie des informations (comme elle est liée à notre cerveau) et ils sont toujours capables de déjouer nos plans les plus infaillibles à nos yeux. Du moins, aux miens.

༄༄༄

Voici le début du premier chapitre, en espérant que cela puisse vous pousser à tenter l’aventure et suivre mes personnages dans leurs périples fascinants.

10 flop série

J’ai fait mes flop films alors autant enchaîner sur les séries ! Ici je vous propose de découvrir mon top 10 des séries qui m’ont le plus déçu. J’ai décidé de mettre 5 séries que j’ai quand même regardé jusqu’au bout et 5 autres que j’ai abandonné car je n’ai vraiment pas aimé. Je ne cherche pas à créer de discorde ce sont mes avis, chacun est libre d’aimer la série de son choix. Ce sont mes déceptions mais ce n’est aucunement une liste exhaustive.

On commence avec celles que j’ai eu le courage de regarder entièrement

1. Élite

Autant j’avais beaucoup aimé la première saison d’Elite, autant la suite m’a amplement déçu. Je vous explique les choses qui m’ont gêné.

Premièrement, la manière dont la religion est exposée. C’est l’argument le plus affolant à mon sens. On voit donc une fille voilée (chose hyper rare sur les écrans) mais qui semble un peu perdue dans sa religion à cause de son entourage. D’une part, elle est dans un établissement scolaire qui la pousse à retirer son voile pendant ses cours (en quoi ça gêne? Long débat hein). Puis, les élèves la piquent à cause de ça et finalement, elle tombe sous le charme d’un élève n’étant pas musulman. Et c’est là que le cliché sort ; la fille commence à « se dévergonder » s’éloigner de ses principes. On voit un père qui se comporte comme un tyran, qui n’est pas ouvert d’esprit. Comme cliché elle a un frère qui est gay… bref la totale ! Elle finit par boire, aller en boîte, et je vous épargne les détails.
Je n’ai pas compris pourquoi les scénaristes ont voulu montrer la religion sous cet angle. Pourquoi ne pas choisir une « vraie personne de confession musulmane » pour juste montrer que la foi est très importante, que toutes les musulmanes vivant dans un environnement « hors religion » savent se cantonner à leurs principes et garder leurs valeurs.
Les stéréotypes m’ont mis hors de moi, j’en avais marre de regarder un personnage qui faisait n’importe quoi et surtout de voir une série qui montrait tout sauf la vraie facette de la religion. Par exemple, la religion est une aide, c’est une chose dont tout le monde n’est pas doté mais les personnes croyantes sont incroyablement aidées par leur foi. Bref, si je devais continuer j’en aurais pour un article entier alors je m’arrête là.

Une seconde chose m’a beaucoup déplu et c’est l’utilisation de drogue.
On voit une série où les jeunes élèves (mineurs) prennent de la drogue à tout va, sans qu’il n’y ait vraiment de mise en garde ni quoi que ce soit qui montre la dangerosité de la chose. De plus, c’est absolument pas crédible. On suit des personnages qui vivent dans un environnement de désillusion. Ils traversent des choses improbables, aussi il est difficile de pouvoir d’identifier et s’attacher aux personnages. Alors voilà, la drogue c’est dangereux. La religion ne l’est pas si elle est pratiquée correctement, en prônant la paix. Pourquoi alors mettre en avant la décadence plutôt que ce bel aspect de paix ? Que par exemple on peut retrouver dans Skam Norvège…

En gros : une série qui avait bien commencé mais qui reste très problématique pour moi car j’ai eu envie d’étrangler les scénaristes.

2. Pretty Little Liars

En soi, PLL c’est pas mauvais. C’est la finalité et les redondances qui ont fait que j’ai du la mettre en flop. Donc depuis le premier épisode jusqu’au dernier vous ignorerez l’identité de ce fameux -A et bon courage car il y a beaucoup de saisons et 24 épisodes plus ou moins.
Alors comment dire que ça m’a fait tourner en bourrique ? Un coup c’est lui A, un coup c’est elle, un coup c’est eux… bref au bout de trois saisons t’en peux plus. Le pire c’est le moment où on apprend qui est -A … tellement décevant. Comme s’ils avaient été chercher cette réponse chez un enfant quoi. Je ne veux pas vous spoil la série mais franchement c’est juste trop dommage d’avoir fait autant de saisons pour si peu… surtout qu’on finit par s’ennuyer…

3. American Horror Story

Des premières saisons juste géniales, des acteurs au top, du jamais vu. Des intrigues intéressantes mais surtout uniques, des épisodes qui font froid dans le dos mais surtout : impossible de s’ennuyer. Puis vient alors la dernière saison en date : 1984. C’était ennuyeux, j’ai trouvé ça nul à chier… c’est mon avis bien entendu mais bon…
Il manquait les personnages notables qui étaient là depuis le début, il manquait d’action, de recherche, il manquait le côté AHS qu’on retrouvait pourtant dans les saisons précédentes. Un gros gâchis et j’espère que la saison 10 sera meilleure.

4. Bates Motel

Autant les premières saisons étaient ouf, mais alors les deux dernières je n’ai pas compris. On suit donc l’histoire de Norma et son fils Norman Bates qui lui est atteint de troubles de la personnalité. Lors de ses black-out il commet des actions dont il ne se souvient pas, dont des crimes. Sa mère est inquiète et essaie de tout faire pour l’aider mais elle le surprotège et c’est sûrement ce qui va coûter cher dans l’intrigue de la série.
Je m’attendais simplement à une meilleure fin, une fin plus digne du début de la série, qui nous surprendrait non pas qui décevrait. Au bout d’un moment j’ai commencé à m’ennuyer, je me forçais à regarder les épisodes pour la finir et savoir le fin mot de l’histoire mais franchement : ça n’a rien changé. Si j’avais arrêté en cours de chemin j’aurais sûrement été moins déçue. Je m’attendais à une évolution positive du personnage de Norman mais on suit ses travers qui sont de plus en plus graves sans vraiment que les choses soient prises en main et c’est dommage.

5. Reign

J’avais adoré les premières saison et j’ai détesté la dernière. On a une intrigue plutôt pas mal, des personnages intéressants, avec des rebondissements et un peu de romance/magie. Il y a également les contextes politiques, de l’histoire et des éléments qui permettent d’en apprendre un peu plus – bien que ce soit fictif autour. Cela dit, la fin m’a paru bâclée et c’est ce qui a engendré mon flop…

Celles que je n’ai pas fini ;

1. Riverdale

Une intrigue qui débute plutôt bien, des personnages relativement intéressants mais au plus on avance dans les épisodes au plus on ressent que c’est une série destiné à un public jeune. Ayant 20 ans, je trouve que c’est trop gamin pour moi mais surtout, j’étais sur mon téléphone pendant les épisodes. J’ai trouvé qu’ils étaient longs pour rien mais surtout qu’ils s’éloignaient du but principal et c’est dommage. Du coup, j’ai demandé à ma cousine de me spoil la fin de la saison 1 que je n’ai vraiment pas su finir et j’étais bien contente en apprenant la fin de ne pas avoir continué.

2. Stranger things

Pareil. Les premiers épisodes sont ennuyeux, une série typiquement américaine avec une intrigue qui ne me disait rien. J’ai arrêté au bout de 4 épisodes car j’ai cette philosophie : si au bout de 4 épisodes je n’arrive pas à rentrer dans l’histoire, j’abandonne la série. Et j’ai bien fait. Je ne pense pas un jour la regarder malgré tous les bons avis qu’elle peut avoir. Je pense que pareil, c’est trop enfantin pour moi.

3. 13 reasons why

J’ai un peu menti sur celle-ci. Je l’ai regardée jusqu’au bout mais le dernier épisode je n’ai vu que le nécessaire et ça m’a bien suffit pour haïr cette série. Une première saison coup de coeur, des acteurs plutôt doués, des storylines intéressantes avec une intrigue qui pèse lourd mais surtout des problématiques correctement abordées. J’ai adoré. Puis je me suis dis « il ne vont quand même pas tout gâcher et faire une seconde saison ? » Et si, 4 saisons ont finalement vu le jour.
La deuxième à la rigueur est acceptable, mais la troisième ? Hein quoi ? Ils ont tenté de déculpabiliser un personnage horrible ! Faisant en sorte qu’on puisse s’attacher à lui et quoi ? Lui pardonner ou justifier ses actes ? Heck no. NEXT.
La 4e et dernière saison : what was the point ? Je n’ai pas du tout cerné l’intérêt à part : faire du bénéfice. Et peut-être faire plaisir au public mais pas à moi en tout cas. C’était nul, les épisodes trop longs, trop chiants, rien ne se passe. A chaque fois on attend un rebondissement mais il n’y en a pas, il n’y a pas de fil conducteur à part des problématiques et des storylines. Bref, du gâchis.

4. Misfits

Pareil, des premières saisons au top mais le manque de Robert Sheehan se fait trop ressentir dans les prochaines saisons qui étaient ennuyantes et donc beaucoup moins drôles. Je pense que c’est pour ça que j’ai abandonné la série en cours de route – bien que je me sois forcée d’essayer de regarder sans qu’il ne soit dedans. Je n’ai pas trouvé l’intérêt.

5. La Casa Del Papel

Je vous vois déjà tous venir m’insulter là… mais c’est pas du tout une série faite pour moi. L’intrigue n’est pas mal, je dois le reconnaître. Sauf qu’au bout de 5 épisodes à se faire chier, ça va deux secondes et c’est quand qu’on passe à l’action ? Je n’ai pas compris l’engouement autour de cette série qui selon n’est clairement pas la meilleure. Il y avait tellement de bons avis dessus que je me suis dit : laisse-toi tenter. C’était pareil pour GOT, je me disais que c’était sur-côté mais finalement j’ai adoré (sauf la fin bâclée). Alors que là pour LCDP j’ai pas pu passer au-dessus de mes appréhensions et j’ai vraiment pas accroché. Ni aux personnages, ni à l’intrigue.

Et toi alors? Quelles sont tes déceptions séries ? Balance tout en commentaires !

Des bisous, et surtout ; abonnez-vous. ❤

5 must-have plantes

Je ne sais pas si vous le savez mais je suis une grande fan de la nature et particulièrement des plantes vertes. J’en possède une dizaine dans ma chambre et j’aspire à agrandir ma collection. C’est pourquoi j’ai pensé qu’il serait intéressant pour ceux qui n’y connaissent pas grand chose en plante verte, de vous parler des 5 plantes d’intérieur à avoir.

1. Les cactés

vous avez le choix…

Premièrement, si vous n’avez pas la main verte je vous conseille les cacté. Ce sont les premières plantes que j’ai eu et j’ai réussi à en tuer deux 🤣. Je les avais noyé tout bêtement. Du coup, pour les cactés je vous conseille un arrosage minime à raison d’une fois toute les deux à trois semaines. C’est ce que je fais et ils se portent très bien. J’avoue que parfois je les oublie et ça ne les a pas tué pour autant. Ce sont des plantes robustes si on les laisse dans leur coin grandir!

2. Les Monsteras / Philodendrons

La monstera est une plante qui grandit très vite. Elle se rapproche du Philodendron. J’en ai eu une pour mon anniversaire en février, une minima, et elle m’a fait au moins 15 pousses depuis et elle a grandi d’une vitesse incroyable. Elle est très facile d’entretient mais pensez bien à la rempoter régulièrement avant que les racines n’aient plus de place. Pour l’arrosage elle nécessite d’être arrosée une fois par semaine à moyenne quantité. elle aime bénéficier d’une grande luminosité mais pas de soleil direct qui pourrait brûler ses feuilles. Je vous conseille également de vaporiser son feuillage quotidiennement, ça lui rappellera son milieu tropical. Soyez prudent à ce que vos animaux ne mangent pas le feuillage, il peut être toxique pour eux. A éviter. Personnellement, ma chatte renifle de temps à autre la plante mais je la guette au cas où, elle n’a encore jamais essayé de jouer avec ni de la manger. Et je pense que c’est dû au fait qu’elle ait la liberté de sortir, cela dit, pour un chat d’appartement il sera bien plus tenté à jouer et la manger.

3. La sensevieria

Généralement plus connu sous le nom de « langue de belle mère » cette plante verte est idéale pour vos chambres. Elle aime le soleil mais pas direct, elle nécessite un petit arrosage (quand la terre est sèche en surface). Préférez une eau à température ambiante et sans calcaire ce qui pourrait faire souffrir votre plante. Elle est idéale pour vos chambres car il est dit qu’elle améliore la qualité du sommeil (en plus d’être jolie eh ouais). Elle est relativement robuste comme plante, elle peut craindre la cochenille mais c’est rare. Ce dont la sensevieria a horreur c’est l’humidité ; vous risquerez de faire pourrir les racines.

4. Le Piléa Peperomioide

elle fait rêver n’est-ce pas ?

Plus communément appelé « plante à monnaie chinoise », le piléa est une plante qui fait tendance et ravage ces derniers temps. Je la vois à peu près partout sur les réseaux sociaux et pour cause : c’est une plante facile d’entretient et qui s’adapte à vos intérieurs.
Elle ne demande qu’une pièce lumineuse sans soleil direct, arrosez là quand la terre devient très sèche en surface (elle n’a pas de caractéristiques strictes ni rigoureux sur l’arrosage) cela dit, évitez l’eau stagnante cela entraînerait la pourriture des racines. Elle se bouture très facilement tout comme elle grandit très rapidement. Il suffit de prendre une partie ayant au moins 4 pousses relativement grande et la bouturer en terre ou en waterpropagation. C’est à vous de choisir !

5. Le Ficus

Le Ficus est une plante incontournable dans vos maisons. Mettez le dans un endroit lumineux, ne le confrontez pas au soleil direct : en mourrait. Offrez-lui une place et ne le bougez pas de son endroit car il met du temps à s’adapter et un déplacement trop fréquent le pousserait à la perte de ses jolies feuilles. Cette plante permettrait de dépolluer votre pièce alors pas de tracas : si vous vivez chez vos parents vous pouvez la mettre dans votre chambre elle ne vous fera pas mourir pendant votre sommeil!!
Concernant l’eau, elle nécessite d’être arrosée une fois par semaine, quand la terre est sèche en surface, attention à ne pas faire pourrir ses racines (c’est que qu’il m’est arrivé et la pauvre plante n’a pas survécu). Pensez à opter pour un pot qui a des trous et une coupelle pour vider la coupelle après l’arrosage. Prenez également garde aux insectes : les araignées rouge ont tissés des toiles et ont causé la mort de mon ficus en plus d’un sur-arrosage. J’avoue, j’ai merdé avec cette plante…
Vous pouvez également la nettoyer à l’eau tiède car le ficus elastica par exemple, prend beaucoup la poussière. Munissez vous d’une éponge et allez-y en douceur.

Voici les 5 plantes que je vous conseille, bien entendu, c’est exhaustif et c’est en fonction de mes gouts. Vous êtes livres de détester les plantes que j’ai mentionné ahah, c’est simplement pour donner une idée aux débutants ou aux personnes qui s’intéressent à la verdure en intérieur. J’espère en tout cas que cela vous aura aidé et plu.

Des bisous et surtout : abonnez-vous.

La maigreur, on en parle ?

Etre maigre, mince ou fin(e) est aussi un combat.

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’un sujet un peu sensible et qui touche à la santé physique bien que morale aussi. Le poids.
Notre vie est rythmée par la société qui nous berce avec des stéréotypes depuis que nous sommes enfants. Nous avons déjà tous cherché à atteindre un idéal (féminin ou masculin). Les femmes devraient être grandes, fines mais avec des formes généreuses. Les hommes doivent être immenses et musclés. Et ce, même en 2020.

Avec l’influence des réseaux sociaux dans notre vie, des personnes populaires affichent délibérément leurs corps sur leurs comptes personnels. Je pourrais citer des exemples comme Kylie Jenner, Kim Kardashian, Emily Ratajkowski, et j’en passe. Des femmes que tout le monde admire plus ou moins.

Cela dit, nous avons tous bel et bien que la chirurgie esthétique y est pour beaucoup.

Bref.
Je voudrais maintenant parler de la maigreur.

Beaucoup d’individus sont en situations de « sous-poids » et luttent quotidiennement pour gagner des kilos quand beaucoup d’autres personnes de leur entourage leur répètent :

« mange plus, tu vas grossir »

Mais parfois, ce n’est pas un simple problème d’appétit. Il y a certaines personnes, sans être malade, ne parviennent pas à prendre de poids et ce malgré tous les efforts (alimentation, sport, hygiène de vie correcte). Elles vivent ce qu’on appelle « la maigreur constitutionnelle ».
Ce qui est agaçant dans notre société c’est qu’on ne parle pas de ces personnes. Tous les jours on voit des programmes « minceurs », des coaches qui proposent des tarifs avantageux pour aider les personnes en situation d’obésité (non pas que ça soit MAL au contraire) mais il en faut pour tout le monde.
Personne ne propose des suivis pour grossir. Les compléments pour prise de poids sur les sites sportifs aussi sont souvent très limités en choix.

Pourquoi ?

Je n’ai malheureusement toujours pas la réponse.
Etant dans cette situation de sous-poids, je me bats au quotidien pour réussir à accepter le regard déplacé des autres qui nous pensent « malade » ou « anorexique ». Ces gens qui ne savent pas combien un regard est vexant et révélateur.

Alors oui, l’obésité ou le surpoids est un sujet dont il faut parler ouvertement, oui il faut prôner le body positive, oui on doit être fier de notre corps. Je ne suis pas là pour remettre cela en question. Je ne suis pas là pour enfoncer les personnes qui mènent le combat contraire au mien. Je suis là pour démontrer que la maigreur est délaissée. C’est un sujet que j’aimerais voir plus souvent. J’aimerais également que les médecins comprennent qu’être mince ne veut pas dire être en mauvaise santé.

Alors parlons-en ! Je suis mince et je m’assume !

J’ai eu tellement peur de mon corps que j’ai arrêté de mettre des pantalons skinny (parce que on me traitait de squelette). J’ai eu tellement honte que je me cachais derrière des pantalons extra large. J’ai refait ma garde-robe parce que j’avais peur du regard des gens quant à ma minceur.

Maintenant, si je porte un pantalon large c’est parce que je le trouve joli et qu’il me va bien. Si je porte une jupe c’est parce qu’elle est belle et que j’accepte d’avoir des jambes fines.

Et non, je ne me laisse pas aller. Bien sûr que je fais de mon mieux pour grossir. Je désire que vous sachiez une chose : grossir pour une personne dans mon cas, est un combat quotidien plus difficile que tout. Il ne nous suffit pas d’avoir une alimentation grasse ou trop chargée. Nous devons passer en revue tous nos repas, le nombre de calories et faire du sport.

Donc pour conclure : parlons-en.

Les 5 désastres cinématographiques vus

Aujourd’hui on va parler film et plus particulièrement : déception. Je regarde beaucoup de films quand j’ai le temps et j’ai pensé qu’une liste des 5 pires longs-métrages vus serait intéressante. Allons-y.

  1. Spring breakers
    J’avais regardé ce film en partie pour les actrices et j’ai été fortement déçue. Je n’ai pas compris le but du film, la fin était nulle et c’était ennuyeux à mourir. Je déconseille fortement.
  2. Paper Towns
    Je pensais que l’adaption du livre allait me plaire mais en fait c’était pire que mieux. Un historie avec des longueurs, peu trépignante, j’ai vraiment regretté d’être allée au cinéma pour ça…
  3. Marriage Story
    En regardant ce film je m’attendais à du lourd. J’ai vu ses nominations et les commentaires alors j’me suis dit : OK tu vas adorer. Et finalement, c’était long, mais long… j’ai détesté. Le sujet abordé de base était cool mais plus on suivait le film plus je m’éloignais du but, je ne comprenais pas où ils voulaient en venir. J’ai même dû avancer des scènes que je trouvais trop ennuyeuses.
  4. Le Joker
    Pareil, film très bien reçu du public. On m’avait prévenu qu’il abordait le côté psychologique du personnage mais là encore je n’étais pas trop d’accord. Je l’ai trouvé plat, il n’y avait pas assez d’action et le côté psychologique est abordé juste en surface. On aurait pu exploiter ça encore mieux… il y avait plus d’images que de dialogues donc on a du mal à avancer dans l’histoire concrètement.
  5. After 1
    J’étais très fan de la saga livresque, je les ai tous lus et plus ou moins apprécié. J’aimais Hardin et Tessa mais les voir à l’écran… c’était une catastrophe. Hero, acteur pour Hardin, est bien plus charismatique en vrai que dans le film, on aurait dit un ado de 15 ans qui essaie de faire peur à une nana de 10 ans… j’ai pas ressenti l’alchimie entre les personnages alors que dans le livre c’est limite contenu pour adulte. J’ai trouvé le film enfantin et beaucoup de scènes du livre manquaient ce qui a rendu l’histoire du film bancale. De ce fait, pour une personne n’ayant pas lu le premier livre, elle comprendra moins bien beaucoup de choses. Je ne spoilerai pas.

Voilà pour moi.

Et toi alors, quels sont les pires films que tu as pu voir dans ta vie?

des bisous et surtout : abonnez-vous.

Mes dix unpopular opinons !!

Comme vous l’aurez lu dans le titre, aujourd’hui je vais en mettre certain(e/s) en rogne ! C’est parti pour ce tag que j’avais vu sur le blog de Maïsa et qui m’avait beaucoup plu.

  1. Porter des ballerines/mocassins n’est pas ringard
    Et oui, beaucoup d’entre vous appellent les ballerines comme un « crime contre l’humanité » mais moi je ne trouve pas que ça soit si moche que ça. Au contraire, je préfère voir une femme qui porte des mocassins et une robe plutôt que des chaussures de sport 😉
  2. Les livres ne sont pas toujours meilleurs que les films.
    Je suis une adepte de la lecture et je peux vous assurer que parfois, certains scénarios rendent mieux à l’écran. J’ai pu lire des romans et les trouver sans plus (cf. Avant Toi de Jojo Moyes) puis voir l’adaptation et être très agréablement surprise
  3. Ariana Grande n’est pas si belle que ça.
    Tout le monde est fasciné par cette femme quand pourtant je la trouve ultra banale. Je suis pratiquement certaine que si elle n’était pas connue, la moitié des personnes qui l’idolâtrent ne la remarqueraient même pas dans la rue
  4. L’ice Tea n’est pas la meilleure boisson
    A vrai dire, moi qui suis très fan de thé, je n’aime même pas le Ice Tea. Je trouve que c’est fade et trop peu sucré.
  5. On peut vivre sans musique
    Eh ouais, ça fait déjà quelques années que je n’écoute plus vraiment de musique à part quelques artistes. Il est très rare que je mette de la musique, la plupart du temps c’est en voiture, sinon, je m’en passe vraiment très facilement. Quand on met de la musique autour de moi, ça a tendance à me casser la tête… surtout que je n’ai pas les mêmes goûts musicaux que mon entourage.
  6. Les pizza hawaïennes sont pas si bonnes
    L’ananas qui trône sur les pizza là, j’aime pas du tout ce mélange et j’ai jamais compris l’engouement autour de ce choix. Vous êtes comme moi ?
  7. Il ne faut pas boire pour s’amuser
    La plupart de mes anciens amis n’étaient pas d’accord avec ça et me soutenaient que : l’alcool permet d’être plus à l’aise et de profiter mieux de la soirée. J’ai toujours été contre cet argument et je le serai jusqu’à ma mort. L’abus d’alcool est dangereux et c’est généralement ce qui arrive en soirée.
  8. Les séries : Friends, the Big Bang Theory et la Casa Del Papel ne sont pas du tout les meilleures
    J’ai dû en citer plusieurs parce que ce sont les plus connues et les plus regardées mais franchement, pourquoi ? J’aimerai bien savoir la raison pour laquelle autant de monde a accroché alors que moi je me suis clairement ennuyée… Pour les Sitcom c’est étonnant car j’en ai aimé d’autres (B99, New girl) et la Casa Del Papel s’apparente à d’autres séries que j’ai apprécié… mais là, incompréhension devant ce phénomène de mode.
  9. La famille Kardashian/Jenner ne sont pas des exemples
    Et loin de là même. Je trouves que les filles sont des gamines pourries gâtées qui utilisent leur argent n’importe comment… elles incarnent des personnages à qui les jeunes veulent ressembler en oubliant qu’elles sont faites de plastique. Je ne vois même pas ce qu’elles apportent à la société, leur notoriété leur sert simplement à se montrer et montrer leurs richesses au monde entier.
  10. L’ASMR de nourriture donne envie de vomir
    Je sais clairement pas comment vous faîtes pour regarder ou écouter ça… ça me donne envie de vomir quand j’en vois. Je trouve ça hyper étrange et gênant mdr…

Et voilà !!!!
C’étaient mes 10 unpopular opinions, dîtes moi si vous en avez en commun, ou si au contraire vous n’êtes pas d’accord du tout.

des bisous et surtout : abonnez-vous 🙂

Après le bac, comment m’orienter ?

Le baccalauréat et parcoursup sont les deux mots que les étudiants radotent à longueur de journée, c’est pourquoi, durant cette période de fin d’année scolaire j’ai décidé de vous parler de mon expérience à l’Université.

Un peu d’histoire…

J’ai passé mon bac en 2018 et j’ai suivi la filière ES (économique et sociale) spécialité Mathématiques (même si je suis une quiche en maths) et section européenne anglais. D’origine, je suis bonne dans tout ce qui est littéraire et abominable en sciences donc théoriquement j’aurais dû faire une filière L à mon époque. Sauf que mon lycée ne le proposait pas et mes profs me poussaient à faire ES car ‘ça t’ouvres toutes les portes après le bac et en plus tu es bonne partout’ : FAUX. Le bac que vous faîtes ne détermine pas vos études supérieures ou pas systématiquement. Pour exemple : j’ai fait une filière ES et je ne suis ni dans l’économie, ni dans le social. Je suis en licence d’anglais.
Ne voulant donc pas aller dans le lycée d’en face parce que j’avais mes amis et repères dans mon bahut, j’ai enduré deux ans de matières ennuyeuses à mourir (à mon goût bien sûr). J’ai détesté SES, maths, spé maths, mais j’ai adoré l’anglais, l’espagnol et la philosophie.
En premiere, j’ai gagné 56 points d’avance avec mes épreuves anticipées et donc ça m’a bien aidé pour mon bac que j’ai eu avec mention assez bien. Avec les notes que j’ai obtenu en anglais (20), espagnol (16), français (16 et 14) j’aurais pu avoir mention bien voire très bien dans la filière L… mais bon bref, ce qui est fait, est fait. Je ne regrette absolument rien car après tout je suis dans l’université que je voulais et j’étudie ce que je fais de mieux : l’anglais.

Comment m’orienter ?

Je ne vais pas vous donner d’astuce qui soit exhaustive, je vous parle simplement de mon expérience et de comment j’ai géré la situation.

Premièrement, il n’y a pas de secret : pour être accepter dans l’école de son choix (et ce même si on ignore ce qu’on veut faire) il faut travailler pour avoir le meilleur dossier possible. C’est super important pour vous.
Deuxièmement : essayez d’attirer votre attention sur ce que vous aimez dans la vie (art, littérature, sciences, documentation société, photographie, architecture) cela vous donnera une idée plus claire de la branche vers laquelle vous diriger.
Troisièmement : déterminez les matières qui vous plaisent le plus, celles dans lesquelles vous avez le moins de difficultés et prenez le plus de plaisir à travailler.
Quatrièmement : choisissez pour vous uniquement. N’allez pas dans une branche pour faire « plaisir à vos parents » ou parce que vos amis y vont tous, ou bien car vous êtes sous la pression d’autres personnes. C’est de votre avenir dont il est question, pas celui des autres. N’allez pas perdre de temps dans une école qui ne vous conviendra pas.
Cinquièmement : étudiez votre méthode de travail et vos attentes. Ce que j’entends par là : êtes-vous autonome ou avez vous besoin de quelqu’un pour travailler ? Aimez vous être libre ou avez vous besoin d’un encadrement? Ces questions sont essentielles pour le choix de votre établissement.
Sixièmement : ne traînez pas à faire votre candidature sur parcoursup (ou autres démarches), rédigez des lettes de motivations concises et relues par vos professeurs.
Dernièrement : faîtes des voeux qui vous intéressent vraiment et non pas « juste au cas ou ». Les études sont un choix et non pas un supplice. Ne transformez pas quelque chose qui devrait être un bien en quelque chose de négatif pour vous.

Je sais que l’orientation est compliquée et je suis la premiere à l’avoir vécu. J’avais des profs qui m’ont débité que « je ne ferai rien de ma vie » que je suis « bonne à rien » (eh oui, alors qu’à l’époque j’avais 15 de moyennes générale, c’était au collège) donc autant dire que j’étais très mal encadrée niveau scolaire. Je ne suis pas allée voir une conseillère d’orientation parce que sincèrement, j’en voyais pas l’utilité puis mes tests de positionnement étaient les plus bas de la classe. Ce sont des tests qui déterminent vers quelle branche vous diriger et j’avais toujours en deçà de 10% dans les métiers proposés. En gros : j’étais clairement bonne à rien. J’ai perdu beaucoup confiance en moi, même au lycée. Je me disais « mais tu vas faire quoi de ta vie? » en pensant naïvement qu’un test allait décider pour mon futur… Finalement, j’ai écouté mon coeur et j’ai postulé en licence d’anglais. Je vous explique cela après.

Vers quel type d’établissement se diriger ?

Tout depend de l’élève que vous êtes !
Personnellement, au lycée, je n’aimais pas le fait d’être trop « encadrée » parce que j’aime le travail en autonomie. Je n’aime pas qu’on m’impose quoi faire, je préfère être libre. Pour ce qui est des horaires, pareil. J’allais au lycée par obligation mais j’ai eu un peu d’absences parce que parfois mon corps et cerveau demandaient du repos, et il faut les écouter. J’étais plus ou moins débrouillarde et je savais m’organiser. Le choix le plus logique pour moi était l’université.
A contrario, j’ai une amie qui est l’opposé de moi : elle a besoin d’un encadrement, d’horaires fixes à respecter, d’évaluations en continu, bref elle s’est dirigée vers le BTS.

Si vous voulez un encadrement énorme, une grosse charge de travail et des compétences en bétons pour la suite de vos études, préférez une prépa, si vous êtes comme moi, allez en université, si vous êtes entre la faculté et le BTS, essayez le DUT. Les manières d’étudier sont différentes et adaptés à des profils d’élèves opposés. Il y a un panel de choix qui s’offre à vous, réfléchissez-y avant de vous retrouver dans une école qui vous fait souffrir moralement et de perdre votre temps.
Je sais ô combien ce n’est pas tâche facile que de dénicher l’école qui nous convient, mais avec le temps et la réflexion nécessaire au préalable, c’est faisable.

Mais alors la fac c’est l’endroit où t’as jamais cours genre ?

C’est la question qu’on me pose tout le temps quand je dis que je suis à l’université. Je ne peux pas répondre oui. Je ne peux pas répondre non. Tout dépend de la fac où vous êtes et du parcours que vous faîtes. Pour vous donner une idée, à Lille, les étudiants en LLCER ont le droit de choisir leur emploi du temps (parmi 13 en L1, 6 en L2, 3 en L3) qui correspond au groupe de classe. (ps : je vous ferai un article entièrement consacré à ma licence prochainement). On a tous des cours en communs mais nous avons aussi des cours où nous sélectionnons ce que nous voulons faire. D’ordre général, nous avons entre 18 à 22 heures de cours par semaine. Au semestre 4, j’avais cours lundi, mardi, mercredi et jeudi de 9h à 16h30 tous les jours, il me semble. Alors certes nous n’avons pas des horaires énormes, mais à côté nous avons énormément de travail personnel.
La faculté, c’est l’endroit où vous bossez plus chez vous qu’en cours. Tout simplement.

Être à la fac c’est aussi être indépendant. Vous avez des cours mais pas forcément en présentiel comme pour les cours magistraux. Les profs ne sont pas derrière vous à vous dire quoi faire ni checker si vous avez bien fait vos devoirs. Vous n’avez personne pour vous dire « demain il y a les inscriptions aux examens » ou « il faut faire ton dossier de bourse maintenant » c’est à vous de vous renseigner. C’est à vous de prendre en main votre scolarité. Vous êtes adultes et c’est ce que les enseignants estiment. Et ce même si vous sortez d’un lycée privé encadré comme moi. Alors si vous n’êtes pas organisé, rigoureux ou sérieux: vous allez avoir du mal avec le système de la fac. Vraiment. Je ne dis pas ça pour vous décourager : je vous dis ça par rapport à mon expérience. Pour vous donner une idée, en L1 on était 500, en l2 250 et en l3 80… je vous laisse imaginer le taux de réussite.

La fac ce n’est pas que ça, par contre. Vous allez pouvoir découvrir des enseignements géniaux et hors du commun (dans la mienne en tout cas). Vous allez voir des étudiants soudés qui manifestent pour nos droits. Des étudiants qui proposent des animations dans la cours, vous aurez droit à des intervenants pour faire des conférences ou des lecteurs anglophones qui sont là pour vous aider en anglais (on a beaucoup de lecteurs de nationalités différentes). C’est un univers totalement opposé aux autres écoles car c’est comme un petit quartier en fait.

Donc pour conclure :

  • les études sont très importantes je ne vous apprends rien
  • Ce n’est pas à votre entourage de décider où vous devez aller
  • Savoir s’y prendre à l’avance c’est la clé
  • Il est nécessaire de connaître votre profil d’étudiant avant de postuler
  • Si vous n’avez pas les moyens de faire des études payantes sachez que l’université publique est gratuite et vous offre une bourse pour aider à financer vos études.

Si vous avez des questions, je suis à votre disposition ! Des bisous et surtout : abonnez-vous.

Romance : les 10 films et romans phares

Romantique incurable vous êtes ? Alors cet article est fait pour vous !

Fleur bleue, romantique, cucu-la-praline, niais : tout me va. J’aime l’amour. J’aime les romans d’amour, les films romantiques, j’aime voir les gens s’aimer, j’aime aimer. Bref, cet article risque de vous mettre un peu de baume au coeur.

Je vais commencer avec les cinq livres phares que j’ai pu lire et qui m’ont retourné le coeur, fait pleurer et surtout qui m’ont redonné espoir en l’amour.
Je vous laisse la liste des livres, auteurs et références puis ensuite je commence mon petit topo.

POUR TOUT AVIS LIVRESQUE ET CHRONIQUES LITTERAIRES, RENDEZ-VOUS SUR MA PAGE INSTAGRAM @zaswrirings.

  1. Pure corruption – Peppers Winters (Tome 1 : Vice et Vertu, Tome 2 : Crime et Expiation) publiés chez les éditions Milady, 480 pages pour le Tome 1 et 633 pour le tome 2)
  2. Adopted Love Tome 1 – GaÏa Alexia (éditions Hugo Poche 512 pages)
  3. Too late – Colleen Hoover (éditions Hugo Romance, 400 pages)
  4. Sweet Home Tome 3 Sweet Fall – Tillie Cole (éditions Milady, 432 pages)
  5. Tous Nos Jours Parfaits – Jennifer Niven (éditions Gallimard Jeunesse, 384 pages.

Pure Corruption est le premier livre que j’ai mentionné mais en réalité, j’ai triché car c’est une duologie. Comment ne pas la lire?
Je vous laisse une image de mon instagram et résumé ici :

La duologie 🤍

« Là où les plaisirs sont interdits…
Arthur Kilian est le président du gang Pure Corruption. Détruit après la mort de Cleo, son amour d’enfance, il ne vit que pour prendre sa revanche sur ceux qui lui font du tort. Mais, une nuit, tout bascule lorsqu’il plonge son regard dans les yeux verts d’une jeune femme amnésique, captive de son gang, lui rappelant étrangement Cleo. Tous deux sentent dès lors une connexion aussi intense qu’inexplicable. Ne sachant plus qui elle est, la jeune femme désire avant tout connaître la vérité sur son passé. Elle devra alors se tourner vers Kill, le seul homme qui pourrait aussi s’avérer être son pire ennemi… »

Et voici un extrait que j’ai beaucoup aimé, un extrait qui montre les couleurs du livres mais également les sentiments qui s’y transmettent…

« Autrefois on m’a aimé. 
J’ai aimé en retour.
Je me suis donné entièrement sans la moindre retenue.
Et j’ai reçu son amour sans équivoque. 
Posséder un être aussi précieux avait fait de moi l’homme le plus riche au monde, et sa perte m’avait précipité dans une misère si sombre que je n’avais aucune chance de quitter les ténèbres. 
Je n’en avais pas envie. 
J’en étais incapable. 
Il me ne restait rien d’autre que la souffrance.
« 

Ce roman a été comme une grosse claque en pleine figure. L’histoire que nous suivons nous prend aux tripes et les intrigues ne sont que renversantes. Je n’ai pas été déçue de ce roman et si vous voulez lire ma chronique, je vous invite à aller sur mon compte instagram : @zaswritings, c’est là que je poste mes revues littéraires, mes avis, etc.

Adopted Love Tome 1 par GaÏa Alexia est le deuxième livre que j’ai mentionné et encore une fois c’est une trilogie mais je n’ai eu un coup de coeur que pour le premier tome. C’était une jolie histoire, moins violente que Pure Corruption qui touchera plus à la dark romance. J’ai aimé ce livre, je l’ai dévoré même. Il était fluide, l’autrice a une jolie plume et ses personnages sont bien construits, surtout Teagan Doe.
Je vous met le résumé ;

« Orphelin, Teagan erre depuis son plus jeune âge de foyers en familles d’accueil.
Bad boy écorché par la vie, la justice le rattrape à l’aube de ses 18 ans. La sentence ? Un an de conditionnelle durant lequel il devra se tenir à carreau s’il ne veut pas finir en prison.
Il ne lui reste qu’une chance de se remettre dans le droit chemin et c’est dans une ultime famille d’accueil qu’elle va se jouer. Mais la rencontre avec Elena, la fille aînée de la famille risque de compliquer les choses. »

Et voici une jolie citation de ce roman, en attendant de pouvoir lire le tome 3 qui ne devrait pas tarder à sortir et dont les 3 premiers chapitres sont gratuits sur Fyctia.

« Sa joue se pose sur mon torse, ma main finit dans ses cheveux que je caresse doucement. Peut-être que c’est juste ça être amoureux: n’être jamais sûr de rien, flipper pour un oui ou non, essayer de lire dans des regards et avoir un besoin insatiable de l’autre. Je crois que je n’ai pas le choix. Sans le vouloir, la lionne dicte sa loi: être sans elle, une torture, être avec elle, une torture aussi. Alors autant être avec elle, quitte à en chier. »

Too Late par Colleen Hoover fut son roman qui m’a le plus touché. L’histoire de Sloan est juste déchirante et inoubliable à tel point que lorsque j’ai fini le bouquin, j’ai mis quelques jours avant de pouvoir me plonger dans une autre lecture. J’étais trop chamboulée par ce que j’ai pu lire, par l’ascenseur émotionnel que j’ai subi. C’est pour cela que je vous encourage vivement à laisser une chance à ce roman et aussi aux autres oeuvres de cette auteure car ils en valent le coup, vraiment.
Et voici le résumé :

Pourra-t-elle échapper à cette relation toxique ?
Sloan n’a jamais eu une vie facile et elle a toujours dû se battre pour obtenir ce dont elle avait besoin. C’est justement pour échapper à une situation sans issue qu’elle a accepté de partager la vie de son petit ami, Asa. Depuis, elle étouffe dans cette relation toxique ; de plus, c’est un homme à la morale douteuse qui se livre à de multiples trafics. Elle n’a pas le choix de partir et décide de supporter ce qu’il lui fait subir jusqu’à ce qu’elle puisse lui échapper. Seule.
Personne ne peut l’aider à sortir de cette situation. Sauf peut-être Carter, cet étudiant aux multiples secrets qu’elle vient de rencontrer.
Asa est prêt à tout pour garder Sloan. Il a besoin d’elle et il fait tout pour la persuader qu’elle ne peut pas se passer de lui.
Personne ne s’interposera entre Sloan et lui. Sauf peut-être Carter.

C’est une roman que je conseille à des personnes majeures car il comporte des scènes explicites et qui peuvent être choquante (violence, drogue, etc.)
Je vous insère deux citations :

« La beauté physique n’a rien à voir avec l’amour. Il ne naît pas de l’attirance qu’on ressent l’un pour l’autre. L’amour ne naît pas des rires qu’on partage. L’amour ne naît même pas de ce qu’on peut avoir en commun. De toute façon l’amour ne se définit pas plus qu’il ne se trouve, d’une manière ou d’une autre, dans le bonheur qu’il apporte. L’amour ne se trouve pas. Il vous trouve. »

« Il sourit, me passe la bague au doigt. Je la regarde à la lumière.
Je ne savais pas que l’enfer scintillait comme ça »

Je vous ai mis en troisième position Sweet Home Sweet Fall de Tillie Cole parce que ce livre m’a émue à tel point que les mots ne suffiraient pas pour décrire.
Ce roman aborde les TCA dont l’anorexie et c’est un sujet particulièrement sensible et souvent très mal abordé dans les livres cf. Aime-moi, je te fuis, je compte d’ailleurs vous faire un article dans le futur pour vous parler de cette maladresse que j’ai souvent rencontré. On ressent que l’autrice a écrit avec son coeur l’histoire de Lexi, trahissant ses anciens démons. Ce livre est à lire sans modération, c’est une pépite et je vous laisse avec le résumé :

Le tome 3 de cette trilogie 🤍

Lexi est en dernière année à l’université d’Alabama. Elle semble avoir une vie parfaite, mais derrière ce masque heureux se cache une funambule au bord du gouffre. Austin est footballeur dans l’équipe de l’université. S’il pouvait être recruté par la ligue professionnelle, il réussirait enfin à subvenir aux besoins de sa famille. En attendant, le crime est sa seule source de revenus : le voilà prisonnier d’un gang.
Ces deux êtres que la vie n’a pas épargnés pourront-ils surmonter ensemble leurs épreuves ? Ne risquent-ils pas de tomber ensemble ?

Malheureusement je ne possède pas ce roman car c’était une amie de ma mère qui nous l’avait gentiment prêté mais j’aimerai tellement le relire! L’histoire est si marquante et elle aborde avec un oeil juste les TCA, les expliquant et montrant le quotidien de ces nombreuses personnes qui en souffrent.
Et voici une citation :

« Elle gardait pour elle ses larmes, mais partageait ses sourires ».

Et enfin, Tous Nos Jours Parfaits par Jennifer Niven que j’ai hésité à mettre dans cet article. Je vous explique la raison : c’est une livre jeunesse et non un « romance » bien que l’histoire d’amour soit tout de même en premier plan dans le roman. Je l’ai mis car c’est un roman qui m’a fait chialer comme une madeleine c’est le cas de le dire, mais aussi parce que c’est le premier roman qui m’a mis dans un tel état ! Je l’ai lu au collège, quelque temps après sa sortie et je n’ai jamais su m’en remettre. Je suis cela dit, très déçue de l’adaptation cinématographique qui selon moi, s’éloigne bien trop du livre.

Photo via mon instagram🤍

Quand Violet Markey et Thedore Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie. Finch est la « bête curieuse » de l’école. L’excentrique tourmenté et impulsif dont personne ne recherche la présence, qui oscille entre les périodes d’accablement dominées par des idées morbides et les phases « d’éveil » où il déborde d’énergie vitale. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s’est isolée et s’est laissée submerger par la culpabilité. Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante, l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.

Je conseille ce roman à n’importe quel public, collégien/lycéen ou même adulte : ce roman est fait pour vous. Voici des extraits :

« Tu es toutes les couleurs en une, à leur maximum d’éclat »
« J’ai appris qu’il y avait du bon dans ce monde, si on prend la peine de bien chercher. J’ai appris que tous les êtres humains ne sont pas forcément décevants, moi y compris, et j’ai appris qu’un tas de terre de 387 mètres peut sembler plus haut qu’une tour quand on s’y perche avec la bonne personne »
« J’ai toujours été différent mais pour moi la différence, c’est la normalité. »
« L’important n’est pas ce que tu prends, c’est ce que tu laisses »

Et voilà pour ce qui est des romans. Je vous ai laissé sur une note triste et je vous reprends côté cinéma avec une seconde note triste. Le film dont je voudrais vous parler c’est Avant Toi.

Etant de base un roman que j’ai lu mais pas accroché, Avant Toi est une histoire d’amour mais aussi de maladie. J’ai trouvé le film touchant car les acteurs sont touchants, le scénari est génial et la fin est déchirante. Je vous mets le synopsis;

Une charmante petite ville de l’Angleterre rurale. Si elle est originale et artiste dans l’âme, Louisa « Lou » Clark, 26 ans, n’a aucune ambition particulière. Elle se contente d’enchaîner les boulots pour permettre à ses proches de joindre les deux bouts.
Jeune et riche banquier, Will Traynor était un garçon plein d’audace et d’optimisme jusqu’à ce qu’il se retrouve paralysé, suite à un accident survenu deux ans plus tôt. Devenu cynique, il a renoncé à tout et n’est plus que l’ombre de lui-même.
Autant dire que ces deux-là auraient pu ne jamais se rencontrer. Mais lorsque Lou accepte de travailler comme aide-soignante auprès de Will, elle est bien décidée à lui redonner goût à la vie. Et peu à peu, les deux jeunes gens s’éprennent passionnément l’un de l’autre. La force de leur amour pourra-t-elle survivre à leur destin qui semble inexorable ?

L’affiche du film avec ces beaux acteurs 🥀

En deuxième position j’ai choisi de mettre In Your Eyes Car C’est un film trop peu connu à mon goût. Une comédie romantique que j’avais vu il y a au moins deux ans et qui m’avait tout bonnement marqué. Un doux mélange de romance et fiction pour pimenter l’histoire et la rendre unique. J’ai aimé ce film car il a su se démarquer des autres romances « bateaux » et gagner une place particulière dans mon cœur. Voici donc le synopsis;

C’est l’histoire d’une femme, Rebecca Porter, et d’un homme, Dylan Kershaw, qui, depuis qu’ils sont enfants, peuvent voir ce que l’autre voit au même moment, lorsque l’un d’entre eux est sous le coup d’une émotion, mais ils ne comprennent pas ce que cela signifie. Une fois adultes, ils découvrent que ce qu’ils voient est la vie d’une autre personne, non pas le fruit de leur imagination. Ils se parlent et deviennent amis. Et cette amitié va changer leurs vies.

L’image du film. Oops j’ai pas rogné l’image. Désolée pour ce désagrément. 🌼

En troisième position nous avons The Notebook qui est un « classique » de la romance si je puis dire. Sorti en 2004, ce film est le parfait combo d’amour, tristesse, époque et drame. Il fait partie des premieres comédies romantiques que j’ai regardé dans ma jeunesse. Et oui encore une fois, c’est une adaptation romanesque de Nicholas Sparks… cela dit, j’avoue ne pas avoir lu le bouquin.
Sans plus tarder, je vous laisse avec le résumé :

Pour aider une femme âgée atteinte de démence sénile dans une maison de retraite, un vieil homme, Duke, lui lit tous les jours le même livre. Il lui lit l’histoire de deux jeunes gens, Noah Calhoun et Allie Hamilton qui, dans les années 1930, tombent amoureux l’un de l’autre sur fond de ségrégation de classe (elle est la fille de 17 ans d’une famille aisée en vacances, et lui travaille comme ouvrier dans une menuiserie locale):
Peu de temps avant la Seconde Guerre mondiale, les deux jeunes gens se rencontrent et vivent un amour passionnel durant un été. Malheureusement, venant de milieux très différents, le sort les sépare. Après bien des années, alors qu’Allie est sur le point de se marier à un autre, son chemin croise à nouveau celui de Noah, et, après bien des difficultés, ils décident qu’ils ne peuvent vivre l’un sans l’autre.

Le film suivant s’appelle Je Te Promets . C’est un ouvrage qui m’a touché par le fait qu’il soit adapté d’une vraie histoire. J’ai dû le regarder des dizaines de fois sans m’en lasser et en le trouvant encore meilleur à chaque visionnage.
Ce film est très émouvant donc sortez les mouchoirs car vous allez avoir votre petit coeur fendu. Il met en scène deux acteurs que j’affectionne en plus : Channing Tatum et Rachel McAdams.

Affiche du film en anglais 🙂

Et pour clôturer cet article, j’étais bien obligée d’y mettre un film espagnol qui n’est d’autre que 3 metros sobre el Cielo ou Trois mètres au-dessus du Ciel (Twilight Love). Et oui, c’est une adaptation de roman, aussi. J’ai beaucoup aimé ce film même si j’ai été très déçue de voir qu’ils n’ont pas fait de troisième volet alors qu’il y a bien trois romans. Cela dit, j’ai trop trop trop aimé le film, Mario Casas et le couple qu’il forme avec Babi dans le film. Le résumé :

Babi est une lycéenne de dix-sept ans, étudiante modèle, fille parfaite de la bonne bourgeoisie italienne. Influencée par sa meilleure amie, Katina, elle rencontre Hugo, dix-neuf ans, dit « H », jeune motard, voyou en rupture familiale, tous les sépare mais elle en tombe follement amoureuse. Avec lui, elle sèche l’école, roule à deux cents à l’heure, découvre la sensualité et la sexualité. Mais ils ne sont pas seuls : il y a le lycée, les parents, la bande de copains qui dérape et franchit les limites… Seulement H protège sa belle en résolvant tout par la violence. Katina, amoureuse de « Poulet » le meilleur ami de H, ferait tout pour lui, mais un jour dans une course de motos Katina et Poulet ont un accident et Poulet décède, Babi ne voulant plus voir quelqu’un mourir à cause de ces courses se sépare de H…Jeunes et déchainés, ils s’aimentjusqu’à décoller de terre,jusqu’à toucher le ciel.Plus que ça.Au moins… trois mètres au-dessus du ciel !

Et c’est sur cette jolie photo que je vous cloture cet article. J’espère que cela vous aura plu, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé et surtout si vous avez déjà vu/lu ce que j’ai pu mentionner.

Ce fut un réel plaisir pour moi en tant que grande fan de l’amour et je reviens bientôt pour de nouveaux sujets tout aussi différents mais intéressants promis.

Des bisous et surtout : abonnez-vous!

Greenwashing, tout savoir

Bonjour les amis aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler du greenwashing ! Vous avez sûrement déjà entendu parler de ce mot mais peut-être est-il encore un peu flou pour vous. C’est pour cette raison précise que, suite à mon précédent article sur le bio, il était nécéssaire de parler stratégies commerciales, mensonges et alternatives.

Le verbe « to greenwash » en anglais désigne les stratégies marketings à prétendre d’un produit est dans les normes écologiques alors que ce n’est pas le cas. Pour avoir recours à cette stratégie, les entreprises produisent des publicités « mensongères » ou plutôt sournoises ou simplement en utilisant des labels bio non officiels.
On pourrait traduire ce terme par « éco-blanchiment » en français.

Comment reconnaître le green-washing ?

En réalité, c’est plutôt simple. Il suffit de regarder le packaging du produit. Généralement ce sont des marques connues telles que Bioderma, The Body Shop ou Lush. Elles présenteront des produits de couleur verte, avec des éléments de la nature ou la répétition du mot « sans« . Ces éléments sont là simplement pour attirer les acheteurs.
Une stratégie perverse c’est le « au beurre de karité bio » vous avez donc une composition affreuse, contenant seulement un produit issu de l’agriculture biologique. En gros, vous pensez que votre gel douche est génial mais en réalité, c’est un cache-misère.

Pour vous faciliter la tâche, vous pouvez télécharger des applications comme Inci Beauty ou Yuka, ces dernières vont vous permettre de noter le produit en le scannant, elles vous indiqueront quels sont les bons/mauvais ingrédients.
A savoir qu’elles ne sont pas fiable à 200% évidemment, mais elles sont capables de vous éclairer sur certaines compositions.

La dernière méthode c’est de connaitre quels sont les ingrédients à éviter dans les compositions. Je vous en ai déjà mentionné dans mon article précédent mais c’est une courte liste. Je vous invite à aller sur le site « la vérité sur les cosmétiques » et d’analyser tous les composants de vos produits pour mieux connaître leurs impacts.

Mais alors, c’est quoi un produit bio ?

Un produit pour être bio doit :

  1. être fait à base d’ingrédients naturels issus de l’agriculture biologique
  2. être respectueux de l’environnement (méthode de production, emballage)
  3. ne doit pas être testé sur les animaux
  4. ne doit pas être issu d’animal (à part pour les ingrédients tels que le miel et le lait)
  5. être respectueux de notre santé

Comment lutter contre ce phénomène ?

Afin de combattre le green-washing le meilleur est de commencer par bannir de nos routines les marques qui utilisent ces stratégies marketings. Les boy-cotter c’est déjà un premier pas vers la réussite. Ensuite, il est préférable de chercher les labels bio officiels tels que ecocert ou cosmebio. Ces labels vérifient l’absence de :

  • silicone
  • huile minérale
  • OGM
  • phtalates
  • PEG
  • parfums/colorants de synthèse
  • Sodium Laureth

Bon et j’utilise quoi du coup ?

Les alternatives sont nombreuses. Déjà pour limiter les dégâts sur l’environnement privilégier une bouteille en verre dans laquelle on rempli son shampoing ou gel douche (cf. aroma zone ou avril), les shampoings solides (cf. respire naturel) qui n’utilisent pas de plastique.

Pour s’hydrater utilisez des huiles naturelles (avocat par exemple) qui fonctionnent avec votre type de peau.

Pour les shampoing, utilisez de la poudre que vous mélangez à l’eau. Il existe des mélanges chez Aroma Zone.

Faites vos masques vous même. Il suffit d’avoir un peu d’argile, de l’eau, des actifs ou des huiles essentielles. Vous pouvez utilisez énormément d’ingrédients différents pour répondre aux besoins de votre peau.

Quelles marques utiliser ?

Petite liste des marques que je préconise :

  • Aroma Zone (vous pouvez vraiment tout faire vous même à prix bas, que ce soit ménager ou soin personnel)
  • Avril (très peu chère comme marque, un beau panel de produits dont des accessoires)
  • Respire (une valeur sûre, déodorant et shampoings solides)
  • Mademoiselle bio (prix variés, beaucoup de choix)

Voilà les amis !

J’espère que cet article vous aura permis d’en apprendre plus sur un nouveau sujet! N’hésitez pas à me dire en commentaire vos amis et vos suggestions si vous en avez.

Des bisous et surtout : abonnez-vous !